Le manque de fer, une anémie qui ne vous veut pas du bien

La fatigue chronique peut être causée par différents facteurs tels que le manque ou la mauvaise qualité du sommeil, le manque d’exercices physiques ou la déshydratation. Mais il en existe un autre plus insidieux : la carence en fer. Cette anomalie mal-diagnostiquée ou non-diagnostiquée, dans la majorité des cas, touche pratiquement 25% de la population mondiale, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Découvrez les causes de la carence en fer et comment y remédier.

Le fer, un oligo-élément important

Le fer est un minéral qui joue un rôle essentiel dans votre organisme. En effet, il permet de transporter l’oxygène à travers tout le corps. Il est également un composant essentiel de l’hémoglobine. Cette protéine érythrocyte fournit l’oxygène aux différents muscles et tissus. De plus, l’hémoglobine est le composé des globules rouges qui donne au sang sa couleur rouge.

Le fer est aussi extrêmement important pour l’organisme, car il participe à la croissance et au développement musculo-squelettique. Il garantit le bon fonctionnement des cellules et joue un rôle important dans la synthèse de certaines hormones, des tissus conjonctifs et dans le développement du fœtus. Il est stocké sous forme de ferritine ou d’hémosidérine, dans la rate, le foie, les tissus musculaires et la moelle osseuse.

Les causes de la carence en fer

L’anémie ou la carence en fer survient quand le corps n’arrive pas à produire assez d’hémoglobine ou quand il perd une grande quantité de globules rouges, à cause d’une hémorragie par exemple. Elle est souvent indiquée par l’apparition de plusieurs symptômes.

Les symptômes courants d’une carence en fer

  • Une baisse de la pression artérielle
  • Des envies un peu bizarres pour des substances non-comestibles, telles que l’argile ou les cendres
  • Souffle court
  • Douleurs thoraciques
  • Inflammation ou douleur à la langue
  • Ongles cassants
  • Une perte de cheveux
  • Infections fréquentes
  • Maux de tête
  • Vertiges ou étourdissements
  • Mains et pieds froids
  • Fatigue chronique
  • Une peau pâle
  • Faiblesse
  • Un rythme cardiaque élevé
  • Un manque d’appétit, surtout chez les nourrissons et les enfants
  • Une sensation inconfortable de fourmillements aux jambes (le syndrome des jambes sans repos)

Le manque de fer engendre de multiples pathologies, telles qu’une faiblesse du système immunitaire, un déséquilibre de la régulation de la température corporelle, une faiblesse de la performance physique et intellectuelle, des troubles gastro-intestinaux, une fonction cognitive affaiblie et bien d’autres. Ces symptômes peuvent persister pendant des années sans que la personne qui en souffre puisse en déterminer la cause exacte.

Les femmes enceintes, les végétariens et les végétaliens, les enfants et les personnes qui souffrent de troubles d’absorption des nutriments, les donneurs de sang réguliers et les femmes qui ont des règles abondantes sont les personnes les plus susceptibles de souffrir d’anémie.

Certains médicaments peuvent aussi avoir un effet négatif sur l’absorption du fer.

Pourquoi l’anémie est difficile à diagnostiquer ?

Quand vous faites un test sanguin, les médecins mesurent généralement le niveau de ferritine dans le sang. Mais la difficulté est que l’intervalle considéré comme « sain » est trop large pour pouvoir déceler un début d’anémie. Un taux de ferritine normal va de 12 à 150 ng/L pour les femmes et 12 à 300 ng/L pour les hommes.

Quand le taux de ferritine atteint les 80 ng/l, les symptômes de l’anémie ont tendance à disparaitre. Il est aussi difficile de diagnostiquer une carence en fer, quand ce taux est élevé chez les personnes qui souffrent d’une inflammation ou d’une infection.

Si vous désirez vous assurer que votre niveau de fer est correct, vous devez faire une Formule Sanguine Complète (FSC) afin d’évaluer le nombre de globules rouges, globules blancs, hémoglobine, hématocrite et plaquettes. Ce bilan est très pertinent. En effet, il permet de montrer si le taux d’hémoglobines et de globules blancs est bas ou non chez les personnes souffrant d’anémie. Cela y compris si elles n’en présentent pas d’autres symptômes.

Comment avoir une plus grande quantité de fer ?

Le fer est présent dans plusieurs aliments. Le plus facile à absorber est le fer héminique que nous retrouvons dans les produits de source animale, tels que les œufs, la volaille, la viande rouge (à consommer 2 fois par semaine) et les fruits de mer. D’un autre côté, le fer non héminique se trouve dans les graines, les légumes – surtout ceux à feuilles sombres tels que les épinards – le tofu, les noix, etc.

Pour une meilleure absorption des nutriments, il est important d’intégrer les aliments riches en vitamine C à votre régime alimentaire.

Avant la prise de toute supplémentation en fer, nous vous conseillons de consulter votre médecin. même si vous souffrez d’anémie, afin d’éviter une surdose en fer. Il pourrait être néfaste à votre organisme.

Le traitement de l’anémie, qu’il soit médical ou alimentaire, prend un peu de temps pour porter ses fruits. Ne vous découragez pas même si les résultats n’apparaissent pas immédiatement.